vendredi 19 janvier 2018

Mon classement Lactalis : le palmarès bouge !

Bienvenue à M. Mélanchon, grâce à cette fine analyse de l' "affaire Lactalis" : "Ça se paye de détruire l'Etat, ça se paye cher", ajoutant "C'est [Bruno Le Maire], quand il était ministre d'autre chose dans un autre gouvernement qui a supprimé des centaines de postes de contrôleurs". "Si vous ne contrôlez pas, ne vous étonnez pas qu'il y ait des problèmes".

Monsieur le député, ex-sénateur, ex-ministre, j'ai bien peur que vous n'ayez dépassé les limites de vos compétences - qui sont probablement très étendues. Mais elle restent insuffisante en matière de maîtrise de l'hygiène alimentaire.

Les contrôleurs, à eux seuls, auraient donc plus de pouvoir que les statistiques ? Malheureusement, uUn niveau de contamination aussi faible, les contrôleurs, publics ou privés, ne peuvent pas le voir avec les méthodes traditionnelles.

Mais ce qui me choque le plus, monsieur le député, c'est le parti pris que vous avez, consistant à considérer que, si l'on est riche, alors nécessairement on n'a pas de morale. Le patron du groupe Lactalis est riche (plus que vous, plus que moi), et sa richesse s'appuie (au moins en partie) sur la répartition très inégale des profits avec les éleveurs laitiers. Pour cela, d'accord, on peut suspecter une morale défaillante. Mais je pense qu'aujourd'hui rien ne permet d'affirmer que les fabricants avaient connaissance de la contamination des lots commercialisés. Encore une fois, parce que le niveau de contamination semble très faible.

Et je ne pense pas que la décision de commercialiser sciemment un ou plusieurs lots reconnus comme contaminés serait remontée jusqu'à lui. C'est en tout cas ce que je connais du fonctionnement des grands groupes. Il y aurait au moins eu un directeur sur le parcours menant du labo découvrant la contamination jusqu'au sommet de l'organigramme du groupe pour bloquer l'information. Car ce genre d'information fait courir un risque trop important de passer pour un incompétent.

En résumé, ce n'est pas parce que tout le monde est appelé à donner son avis qu'il faut en rajouter.

Ou alors, il faut amener une véritable information.

H

lundi 15 janvier 2018

Nouvelle entrée au palmarès : Philippe MARTINEZ

Sur France Inter, le secrétaire générale de la CGT est invité à donner son avis sur un certain nombre de sujets, parmi lesquels ... la crise de la Salmonelle chez Lactalis. Je résume son intervention "c'est la faute à la course aux profits, les patrons empêchent les salariés de bien faire leur travail." Un auditeur faisant remarquer que l'affirmation ne repose sur aucune preuve, M. MARTINEZ nous dit qu'il "se repose sur son expérience professionnelle, dans [son] entreprise".

Il se trouve que M. MARTINEZ vient du secteur de ... la métallurgie. Il a passé toute sa carrière chez Renault. Sa compétence en moteurs à combustion interne est certainement très supérieure à la mienne, mais j'ai des doutes sérieux sur sa compétence en matière de maîtrise de l'hygiène et en matière de conception de tours d'atomisation. C'est le piège des médias : l'invité est là, on lui pose toutes les questions d'actualité. Et l'invité considère qu'il doit absolument s'exprimer. Il serait bon d'arrêter cette mascarade.

Je ne connais pas les installations du site de Craon. Je ne sais pas si elles sont facilement nettoyables, je ne sais pas s'il est possible de les désinfecter. Je ne sais pas non plus si les pratiques sont défaillantes ou pas. Ce que mon expérience professionnelle m'a apporté c'est :
    • Que le lait en poudre n'est pas un médicament,
    • que ce n'est pas un produit stérile,
    • que si l'on veut transformer le lait en poudre en produit stérile, cela va couter cher au consommateur,
    • Que la surveillance de la contamination microbienne est une opération délicate
    • que les techniques d'échantillonnage sont inopérantes lorsque le caractère recherché est très rare,
    • que les décisions fondées sur des échantillons statistiques sont toujours accompagnées d'un niveau de risque, et que tous ou presque semblent l'avoir oublié,
    • qu'en conséquence les meilleures pratiques de nettoyage ont toutes les chances d'être, un jour ou l'autre, prises en défaut.
    • Qu'il arrive en effet que des dirigeants indélicats donnent des instructions pour diminuer les couts des contrôles ou des nettoyages,
    • mais qu'il arrive aussi que des salariés, y compris des syndiqués, y compris même au moins un délégué syndical CGT, ne réalisent pas les tâches de contrôle et/ou de nettoyage qui pourtant font partie de leurs tâches, pour lesquelles ils ont été formés. Je l'ai vécu (il y a plus de 15 ans il est vrai), et nous avions à l'époque rappelé une semaine de production en 2x8, une quantité très importante de moisissures s'étant développée dans un équipement de production, moisissures qui peuvent produire des mycotoxines dont certaines sont reconnues cancérogènes. Le salarié en question avait eu pour toute réponse "je ne vois pas pourquoi je devrais contrôler l'intérieur du tamis à farine".
    • Et que donc il convient de tourner un certain nombre de fois sa langue dans sa bouche avant de dire n'importe quoi.

Il pourrait aussi convenir de ne pas poser des questions pointues au premier qui passe devant le micro, mais il semble que la mode ne soit pas à cette tendance-là...

H

mardi 9 janvier 2018

Le management des processus et l'administration

J'ai découvert ce matin (par hasard) le site Internet de l'AFSCA, l'Agence Belge chargée de la sécurité des aliments.
Leur site propose une cartographie interactive de leurs processus :

C'est très bien fait, on retrouve tous les processus, mais aussi les éléments d'entrée et de sortie, ce qui permet de bien visualiser les missions de cet organisme.

Pourquoi donc ne trouve-t-on pas ce genre de réalisation dans les sites français ?

H